« Plan Marshall » en région Provence-Alpes-Côte d’Azur : l’esbroufe, le coup de bluff !

Tribune libre d’Amaury Navarranne, conseiller régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur, membre du conseil national du Rassemblement National – samedi 4 avril 2020

images

Pendant qu’il accuse les américains de « piquer » les commandes de masques de certaines régions sur les tarmacs des aéroports, Renaud Muselier, président de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, annonce un « Plan Marshall » d’1,4 milliards d’€uros pour notre collectivité, afin de répondre aux effets de la crise sanitaire et économique du Coronavirus covid-19.

Pour rappel, le « Plan Marshall » fut ce programme américain de prêts accordés aux différents États européens pour aider à la reconstruction des villes et des installations bombardées par les mêmes américains lors de la Seconde Guerre mondiale. Ces prêts étaient assortis de la condition d’importer pour un montant équivalent d’équipements et de produits américains.

Au-delà de la référence étrange et des impacts que ce plan a eu quant à la domination ou l’influence des Etats-Unis d’Amérique sur notre continent, il convient de se poser la question : 1,4 milliards d’€uros mis sur la table par la région Provence-Alpes-Côte d’Azur pour répondre à la crise sanitaire et économique actuelle, est-ce possible ?

Oui, techniquement. Peu probable en fait dans la réalité. En pratique, et en regardant d’un peu plus près ce qui est annoncé sur le site même de la collectivité (https://www.maregionsud.fr/actualites/detail/14-md-eur-pour-le-plan-durgence-de-solidarite-et-de-relance-de-la-region-sud), les chiffres sont parlants.

En matière de dépense publique, il est utile de rappeler préalablement que tout est retracé dans des budgets ou des comptes de gestion annuels, fléché par postes et lignes comptables. Chaque année, la région se base sur un budget de 2,1 milliards d’€uros, composé de dépenses de fonctionnement et d’investissement, elles-mêmes compensées par des recettes de même ordre.

Cela étant posé, il convient de se demander si « dépenses nouvelles » de ce « Plan Marshall » il y a, quelles seraient les « recettes nouvelles » liées à ce plan. La réponse ne nous a pas encore été apportée par l’exécutif régional.

Puis on regarde les annonces. Achats de trains, de cars, le contrat de performance SNCF réseau : les 762 millions d’€ correspondent à ce qui était déjà programmé en matière de transport régional ; d’ailleurs, qui peut croire qu’il aurait fallu attendre une telle crise pour avoir l’ambition de renouveler le matériel ? La gratuité des transports pour le personnel de santé a, elle, déjà été actée et prise en charge par la SNCF à l’échelle nationale. Les 21 millions d’€ du plan de soutien pour les transporteurs de voyageurs et de scolaires ne sont pas une dépense mais une économie de 23% (et non 33% comme écrit par erreur dans une première version – NDLR) sur le montant prévu et budgété initialement pour un service plein à destination des structures effectuant les trajets pour le compte de la région qui en a la compétence. Les 5 millions d’€ de subventions aux clubs sportifs et les 30 millions d’€ de subventions dans le domaine de la culture étaient déjà programmés au budget primitif 2020. Les 50 millions aux lycées correspondent à la somme déjà investie pour les achats de tablettes et les améliorations des équipements et des infrastructures dans nos établissements. Les 100 millions pour l’autoroute du quotidien correspondent aux engagements passés. Les Fonds régional d’aménagement du territoire (FRAT) prévus et budgétés, sont juste rebaptisés « FRAT COVID » ; les 100 millions d’€uros « historiques » pour « la recherche et les conditions de travail des soignants » correspondent au plan récurent de développement des maisons régionales de santé, au SAMU régional déjà voté,…

On le voit bien, ce « Plan Marshall » n’est qu’un slogan outrancier et grossièrement trompeur à 90% au moins des sommes annoncées. Il cache du coup surtout les actions réellement spécifiques de la région dans cette crise : la moyenne de 571€ pour les étudiants en santé mobilisé (8 millions d’€), l’aide de 2 millions d’€ pour le rapatriement de nos étudiants à l’étranger, notre participation à hauteur de 18 millions d’€uros pour le plan de solidarité national d’aide aux très petites entreprises et aux indépendants (jusqu’à 1.500€ d’aide) porté par l’Etat, les mesures administratives simplifiant certaines démarches. Quelques autres actions louables complètent ce dispositif. Se restreindre à ne parler que de cela était peut-être moins grandiose, mais plus juste.

Sur les rives de la Méditerranée, on devrait se rappeler ce dicton du célèbre marin Éric Tabarly : « Naviguer est une activité qui ne convient pas aux imposteurs. Dans bien des professions, on peut faire illusion et bluffer en toute impunité. En bateau, on sait ou on ne sait pas ». Renaud Muselier tient la barre de notre collectivité ; il nous serait bon qu’il évite de bluffer. Cela nous éviterait de passer encore pour des gens du Sud jamais très sérieux…

Toulonn’Aide, volontaires au service des autres !

2020.logo.toulonnaideNous sommes heureux de participer au lancement du collectif Toulonn’Aide, plateforme de soutien opérationnel d’un volontariat local, avec des relais dans chaque quartier de la ville, en support des initiatives particulières ou de celles de comités d’intérêts locaux, et favorisant les relations entre entreprises et particuliers ou entre volontaires et personnes en besoin.
 
Le site http://www.toulonnaide.fr propose un formulaire de contact qui permet à chacun de se signaler dans les domaines où il a des besoins ou des offres de service. Une équipe de volontaires regroupe ces besoins et ces offres pour y répondre au mieux. Cette équipe est aussi la cheville ouvrière des premières visites ou livraisons de courses à domicile
 
Enfin une présence sur les réseaux sociaux permet de communiquer sur les entreprises qui pratiquent la livraison à domicile ou sur nos activités. 

Nous réitérons avec instance : couvre-feu à Toulon !

1f620Communiqué de presse d’Amaury Navarranne, membre du conseil national du RN, conseiller régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur, conseiller municipal de Toulon
Je demandais la semaine passée au Maire de Toulon de prendre un arrêté afin d’instaurer un couvre-feu de 21h à 6h pour imposer une tranquillité nocturne sur la ville pendant cette période de confinement. Hubert Falco avait répondu par une fin de non recevoir.
.
Il est pourtant bien temps de donner tous les moyens aux forces de l’ordre pour faire respecter les règles dans les quartiers sensibles ou les zones communautarisées. Là, le confinement n’est pas respecté, et les « autorisations abusives » servent à tous les débordements. Les trafiquants de drogues commencent même leur « service de livraison ».
.
Alors que cette semaine la situation hospitalière va devenir très tendue dans notre région, combien de nos aînés de plus de 70 ans ne seront pas admis à l’hôpital pour laisser la place à des “jeunes” qui n’auront pas respecté le confinement ? Combien de policiers continueront à se faire cracher au visage par ceux à qui l’impunité profite ? Je réitère donc avec instance notre demande : pour couvre-feu à Toulon comme dans de nombreux autres endroits !

TOULON : il faut à présent ordonner un COUVRE-FEU de 21h à 6h

2020.3.22.comm.couvrefeu
communiqué de presse d’Amaury Navarranne, conseiller régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur, conseiller municipal de Toulon, membre du conseil national du Rassemblement National
Le confinement promulgué par l’Etat devrait donner des effets d’ici le courant du mois d’avril. De très nombreux Français, à commencer par les Toulonnais, respectent ces règles élémentaires. Néanmoins un certain nombre d’inconscients ou de provocateurs continuent leur vie « comme si rien n’était ».
.
Le plus flagrant se passe dans les quartiers communautarisés où le « vivre-ensemble » est une fois de plus mis à rude épreuve face à la réalité. Au Pont-du-Las, un bar à chicha au patron qui « s’en fout », a heureusement été fermé depuis par le Préfet. A Sainte-Musse, les dealers se sont organisés et maintiennent la rue. Commencent aussi les cambriolages de lieux ou véhicules de santé pour y voler des masques. Dans de très nombreux points sensibles, « la guerre » contre le coronavirus rencontre de nouveaux ennemis qui, eux, sont bien visibles.
.
Je demande solennellement au Maire de Toulon de prendre un arrêté afin d’ordonner un couvre-feu de 21h à 6h du matin pour remettre de l’ordre dans cette situation déjà compliquée. Je salue son engagement initial, depuis mardi et le début du confinement, pour maintenir le service public avec les précautions nécessaires ; il faut à présent engager une action supplémentaire pour nous protéger, et nous donner toutes les chances de rétablir la sécurité et la salubrité.

La Justice, pour l’honneur de Toulon !

kisspng-due-process-lawyer-court-criminal-law-lady-justice-5b15a0040029b0.6323789915281438760007

Communiqué de presse d’Amaury NAVARRANNE, candidat du Rassemblement National à la Mairie de Toulon
L’enquête du Monde diplomatique qui affirme révéler de graves faits de fraudes électorales ou de pots-de-vin pour l’obtention de logements HLM a fait naître une légitime émotion à Toulon. Attaché à l’exigence de vérité, j’ai solennellement demandé au Maire de Toulon, premier magistrat de la ville, de saisir la justice pour faire toute la lumière sur ces allégations. Ayant refusé de le faire, quatre candidats ont alors légitimement exprimé leur inquiétude et ont saisi le préfet pour s’assurer un prochain scrutin municipal sincère.
Que la démarche ne plaise pas au député de la majorité municipale Lévy, peu m’importe.  Qu’elle rappelle que sur l’élection de 2017, si triche il y a eu, le bureau incriminé ne représente que « 1,2% des votants » me laisse songeur. Que cette dernière nous accuse de manœuvre pourrait être comique si le sujet n’était pas aussi grave.
Mais prétendre qu’Hubert Falco a déjà lancé des procédures judiciaires est un amalgame incroyable : les seules procédures lancées par lui l’ont été il y a plusieurs semaines pour une affaire de comptes parodiques sur les réseaux sociaux. Toute proportion gardée, il semble très paradoxal de vouloir laver son honneur pour un compte Twitter et refuser de faire toute la lumière sur des faits qui, s’ils étaient avérés, révéleraient des méthodes de république bananière. Je réitère que, pour l’honneur de la ville, Hubert Falco doit saisir la justice pour les soupçons dernièrement avancés.

Nous saisissons le Préfet du Var

2020.2.28.tribune.4candidats.feuille.long

Tribune des candidats à l’élection municipale de Toulon

Le Monde diplomatique a publié dans son édition de mars 2020 deux pages intitulées « A Toulon, le maire organise son plébiscite ». Y sont notamment rapportées des accusations de fraudes électorales en 2017 dans un bureau de vote de la ville lors de l’élection d’un député, ou encore de manœuvres frauduleuses à grande échelle en 2018 lors des élections pour les représentants des locataires de l’Office Toulon-Habitat-Méditerranée.

Ce n’est pas à nous candidats mais bien à la Justice qu’il appartient à présent d’avoir à faire la part des choses sur ces dossiers, au Parquet précisément. Une procédure doit se mettre en œuvre en toute impartialité et dans le plus grand respect du droit, et notamment de la présomption d’innocence, pour établir les vérités.

Néanmoins, parce que les accusations portées sont d’une extrême gravité, parce que les faits rapportés portent atteinte à un pilier sacré de la Démocratie, c’est-à-dire la libre et équitable expression des citoyens au suffrage universel, nous, candidats aux élections municipales de Toulon, républicains, et par-delà nos antagonismes politiques, demandons avec insistance à Monsieur le Préfet du Var de garantir avec la plus grande fermeté l’authenticité du scrutin qui doit se dérouler les 15 et 22 mars prochains.

Dans cette perspective, nous souhaitons que le représentant de l’État prenne toutes les mesures propres à assurer, avec la neutralité qui est la sienne et dans le respect des règles, que le déroulé des opérations électorales se fera dans les conditions requises pour un scrutin digne de notre République.

Olivier LESAGE     –     Vincent MAUREL

Cécile MUSCHOTTI    –    Amaury NAVARRANNE