Pour nous, c’est le tramway !

P1000125

Bref historique :

1998 Définition du réseau de « l’axe lourd » La Seyne / La Garde

2000 Déclaration d’Utilité Publique (DUP) de la 1ère ligne de Tramway et étude de la 2ème ligne

2001 Choix du matériel roulant

2005 Confirmation de la DUP de la 1ère ligne de Tramway

2006 Hubert Falco, Maire de Toulon depuis 2001, annonce ne plus vouloir faire le Tramway qu’il soutenait jusqu’alors, et même dès l’origine en tant que président du Conseil général

2007 Annonce d’un gros bus, le Bus à Haut Niveau de Service (BHNS), en remplacement du tramway

2015 Révision du Plan de Déplacements Urbains (PDU) – TPM efface la désignation de Tramway

2018 Enquête Publique de la déclaration d’utilité publique (DUP) du BHNS différée

2019 Toujours rien, ni tramway (abandonné en 2006) ni BHNS (initié depuis 2007). Cet immobilisme est INSUPPORTABLE

La question :

Faut-il un grand transport en commun en site propre (voie unique réservée) sur l’axe très emprunté « La Seyne-Toulon-La Valette-La Garde » ? Encombrements, pollution, énervement = paralysie des axes routiers, symptômes inquiétants dus à la qualité de l’air, et congestion de notre activité économique (perte de temps = perte d’argent)

èèè Oui pour nous. Les travaux (deux ans pour le BHNS, deux à trois ans pour le tramway) impactant les commerçants donneront lieux à indemnisation (prévue dans les financements)

Les différences entre les deux modes :

Les voies du BHNS sont + plus large et + encombrantes que celles Tramway. Dans les deux cas, il y aura dans chaque sens une voie routière, une voie tramway (ou bus + BHNS) + pistes cyclables et trottoirs avec zones de livraisons

Le tramway a le bénéfice de la régularité grâce aux rails 100% sur site propre. Le BHNS sur pneus est en site propre à 70% seulement.

 

Le BHNS est à propulsion hybride 80 % gasoil + 20 % électricité, le tramway 100% électrique, alimenté par les rails (plus de câbles aériens)

Capacité d’un BHNS : 150 voyageurs / capacité d’un tramway : 400 voyageurs

Durée de vie du matériel : 20 ans pour le BHNS, 40 ans pour le tramway

Coût estimé du BHNS 340 millions d’€uros (durée de vie 20 ans), coût estimé du tramway 515 millions d’€uros (durée de vie 40 ans)

Tout Transport en Commun en Site Propre est principalement payé par la Taxe additionnelle du Versement Transport, soit + 24 M€ / an à Toulon. La moitié des recettes de cette taxe a déjà payé les grosses infrastructures et les expropriations

 

Notre position :

Le tramway est :

+ écologique

+ attractif et confortable

+ dimensionné par ses capacités pour une grande agglomération comme la nôtre (près de 500.000 habitants)

+ compact et permettant donc notamment d’adapter des voies cyclables parallèles. Vu les difficultés et les particularités de la voirie de la ville et de l’étroitesse de certaines artères, le tramway est, du fait de son système de guidée absolue, bien + adapté

+ rentable sur la durée car une vie plus longue, et déjà en partie payé

Nous relancerons donc, une fois élus, le projet tramway. C’est dans ce sens que nous avons signé une lettre d’engagement avec un groupe important d’associations favorable au tramway…

Pour un « référendum local d’initiative citoyenne »

Communiqué de presse d’Amaury Navarranne, candidat du Rassemblement National à la Mairie de Toulon
Sollicité par le CLIC (Comité de Liaison pour l’Initiative Citoyenne), qui propose aux
listes des municipales 2020 de démontrer leur volonté de donner la parole aux citoyens, nous venons de confirmer à travers une charte d’engagement le point 60 de notre programme pour Toulon : l’instauration d’un référendum d’initiative citoyenne sur la base d’une demande de 10% des inscrits de la liste électorale.
Dans notre volonté de renforcer la proximité et la participation de tous aux grandes décisions de la ville, cette mesure, plus favorable encore que ce que la Loi dispose, est un engagement fort de démocratie locale attendu par de nombreux Toulonnais. Nous le ferons !
2020.ric.toulon.navarranne

La Droite populaire soutient notre liste

2020.soutien.droite.pop
Ce vendredi 24 janvier, la Droite populaire a annoncé son soutien à notre liste municipale sur Toulon. Thierry Mariani, son président, Jean-Paul Garraud, son secrétaire général, et Nicolas Dhuicq, son vice-président, tous anciens parlementaires UMP et pour Thierry Mariani ancien ministre, marquent ici la confiance en notre rassemblement pour le renouveau de Toulon.
La Droite Populaire, courant issu des Républicains, veut agir comme moteur de la recomposition de la droite et passerelle d’alliance avec le Rassemblement National. C’est en ce sens qu’elle s’engage avec nous pour ces municipales de mars 2020, en apportant son soutien à notre candidature autour de l’idée du service des habitants et l’intérêt du pays au cœur de l’action politique.
« Face à l’urgence pour la France, l’heure n’est plus aux discussions mais à l’action : le rassemblement de tous les patriotes, d’où qu’ils viennent et quel que soit leur parti, est notre devoir ! C’est dans ce contexte que, nous, patriotes de la Droite Populaire, proposons d’accompagner ce rassemblement et nous engageons sur les valeurs fondamentales seules à mêmes de permettre à la France de poursuivre son atypique destin. »
Ce symbole est l’un de ceux, nombreux, qui contribuent à la dynamique de notre liste incarnant La force du renouveau pour Toulon.

Policier tabassé à Toulon : l’insupportable impunité !

2020.1.24.comm.policier

Sur fond de trafic de drogue, un policier a été tabassé hier en fin d’après-midi dans une cité de Toulon alors qu’il infiltrait la « file d’attente » de clients consommateurs de stupéfiants. Repéré, sa photographie a été diffusée instantanément par les réseaux téléphoniques des trafiquants qui lui sont tombés dessus.

Nos pensées vont à l’agent visé et à ses collègues. L’intervention des autres policiers du dispositif a permis l’arrestation des plusieurs suspects. Cet événement en dit long sur l’état du trafic dans tous les quartiers de la ville ainsi que sur l’organisation des délinquants. Forts de leur impunité, ils osent tout et depuis trop longtemps.

Plus que jamais la guerre contre le trafic doit être menée à tous les échelons de sécurité de la ville, y compris celui municipal. Le Maire est le garant de la sécurité et de la salubrité publique. Avec les effectifs de Police municipales que nous augmenterons une fois élus, et des équipements renforcés, nous serons en première ligne dans ce combat en assurant tout ce qui sera en notre pouvoir ! L’Etat devra aussi agir en conséquence, et nous aurons le lui rappeler !