Le commerce de proximité, dernière roue du carrosse

sauv.ph.Iphone 645Tribune libre d’Amaury NAVARRANNE
Membre du Comité central du FN
Délégué « Commerce et développement économique » de la liste Toulon Bleu Marine
 
La récente déclaration d’Hubert FALCO claironnant, pour cette année, ne « pas augmenter les taux de la fiscalité communautaire » résonne tout particulièrement à l’oreille des commerçants de l’agglo, à commencé par ceux de Toulon. Ceux que FALCO a « braqué » en novembre 2012 s’en souviennent encore: une taxe CFE (Contribution foncière des entreprises) qui augmentait jusqu’à 400%, devenant la corde qui devait asphyxier définitivement le petit commerce…
Un an après, ils n’oublient pas. Certains attendent toujours que leur soit remboursé le trop perçu, car c’est aussi la stratégie d’Hubert: un pas en avant, trois pas en arrière, je reviens sur mes augmentations car la grogne est trop pressante… Pas vu, pas pris; pris, pendu !
Reste que si les taux ne varient pas, l’impôt à payer cette année sera à nouveau plus cher que les précédentes… On nous dira qu’il y a l’inflation, que la base n’est pas décidée localement,… Et pourtant quand on veut on peut. Quand on veut sauver le commerce de proximité, on s’en donne les moyens ! Confisquer EN VALEUR toujours plus d’argent avec la pression fiscale imposée aux entrepreneurs locaux, tout en favorisant les grands ensembles périphériques (La Valette et son futur parc « famille »), et sacrifiant par là le cœur de ville: le système FALCO doit cesser!!!
Publicités