Passé colonial, massacre d’Oran : la vérité c’est ce qu’est devenue l’Algérie

Communiqué d’Amaury NAVARRANNE, conseiller régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur, conseiller municipal de Toulon, membre du conseil national du Rassemblement National

Ce 5 juillet commémore le sinistre souvenir du massacre d’Oran, celui de centaines de victimes civiles, pieds-noirs et harkis, perpétré en 1962 par le FLN lors de l’indépendance de l’Algérie. L’impuissance voulue de de Gaulle et la cruauté des indépendantistes islamistes faisaient encore couler le sang. 
Alors que cette date sonne comme un douloureux rappel, notamment pour nos amis rapatriés, voici que l’Algérie indépendante prétend encore demander réparation et excuses pour notre passé colonial. Avec des infrastructures construites par la France, sur des routes construites par la France, et dans des écoles, des hôpitaux et tant d’autres bâtiments construits par la France, les « indépendants » ne cessent de se plaindre de ne surtout jamais avoir su s’unir et vivre paisiblement depuis le départ de la France.
Le passé n’est jamais tout beau. Mais la période française en Algérie n’a pas à rougir de ce qu’elle a laissé. Face au risque de devenir demain, par les effets de l’immigration massive, une colonie de nos anciennes colonies, nous continuons en héritiers les tâches à accomplir : défendre toujours la France, son honneur et son identité. Les disparus d’Oran ont été abandonnés par le pouvoir de l’époque ; nous, nous ne les oublions pas. 

Toulon, Boudjellal, Olympique de Marseille : le combat sportif otage de l’affairisme

Communiqué de presse d’Amaury Navarranne, conseiller régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur, conseiller municipal de Toulon, membre du conseil national du Rassemblement National

Après avoir joué un poker menteur avec le propriétaire et président du Sporting Club de Toulon, ainsi qu’avec le Maire de la ville la semaine dernière, Mourad Boudjellal annonce à présent être sur les rangs pour prendre la présidence de l’Olympique de Marseille avec des fonds du Moyen-Orient, étatiques et privés, portés par un très important homme d’affaires franco-tunisien.

Ce mélange incestueux des affaires et du sport donne vraiment à nouveau un spectacle déplorable. Les identités de nos villes, à travers celles de leurs clubs, se retrouvent au centre de spéculations bien éloignées de l’esprit Coubertin.

Les pouvoir publics, dont notre municipalité, qui engagent chaque année des sommes considérables dans les clubs, doivent à présent demander des comptes et protéger moralement notre image. Nous ne voulons plus être otages des combats affairistes sans loyauté, au détriment du beau combat sportif.

Abattage des platanes au Mourillon : mais où sont les premières analyses ?

Communiqué de presse d’Amaury Navarranne, conseiller régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur, conseiller municipal de Toulon, membre du conseil national du Rassemblement National

Après avoir annoncé abattage des platanes « malades » du Mourillon au mois de mai, la levée de boucliers des riverains, d’associations et d’élus avait fait surseoir au démarrage des tronçonneuses municipales. Afin de convaincre les récalcitrants, le Maire de Toulon, Hubert Falco, annonçait de « nouvelles analyses » censées confirmer les premières…

Rendues, leur verdict est sans appel : les analyses nouvelles ne parlent plus d’infection par le « chancre coloré » mais de celle du « phéllin ». Et seulement 6 arbres doivent être coupés contre la trentaine initialement visée par la Mairie.

Par transparence, sur quelles analyses se basait alors la Mairie pour abattre tous les arbres en mai avec autant de certitude ? Et si l’étude contradictoire vient de prouver que le massacre de tant de platanes n’était pas obligatoire pour tous, abattage antérieur de 35 premiers platanes l’an passé sur le boulevard Bazeilles était-il aussi nécessaire dans sa totalité ?

Le changement de panneaux d’information réalisé aujourd’hui par la Mairie ne cachera pas cet immense gâchis. Le remplacement d’arbres centenaires par de chétifs tilleuls ne dissimulera pas le défaut d’infaillibilité d’Hubert Falco. Et si les premières analyses étaient enfin diffusées par la municipalité pour écarter tous les doutes ?

Toulon, réouverture des bars et des restaurants : le stationnement doit rester gratuit entre midi et 14h, des arceaux installés pour les vélos

Communiqué de presse d’Amaury Navarranne, conseiller régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur, conseiller municipal de Toulon et membre du conseil national du Rassemblement National

La réouverture des bars et des restaurants s’accompagne à Toulon de la reprise du stationnement payant en surface. La sage décision de le rendre gratuit pendant le confinement ne pouvait durer, même si une mesure dérogatoire est maintenue pour le samedi, jusqu’au 1er septembre. Si la gratuité permanente ne s’accompagnerait que du stationnement de trop nombreux véhicules ventouses, il apparaît évident qu’un coup de pouce à nos restaurateurs justifie un point de notre programme des dernières élections municipales : le passage du créneau 12h-14h en non-payant.

Après cette période délicate qui n’en est qu’à son début quant à ses conséquences économiques, nos commerçants ont besoin d’un sérieux coup de pouce pour la relance, et cela passe par cette mesure favorisant la fréquentation notamment de nos restaurants en ville et dans tous les quartiers. Elle n’est pas la seule : la disposition d’arceaux parking vélo doit aussi favoriser les déplacements doux ; il faut en équiper nos rues.

Le Rassemblement National de Toulon demande donc au Maire de la ville, Hubert Falco, de prendre ces dispositions qui, pesant à la marge sur les finances équilibrées de la ville, constituera un soutien fort à nos établissements et nos entrepreneurs.

Il est (hélas) revenu le temps des pelleteuses et des abattages…

2020.5.19.pelleteuses

Communiqué de presse d’Amaury Navarranne, conseille municipal de Toulon, membre du conseil national du Rassemblement National

Le cas de l’abattage des emblématiques platanes du Mourillon soulève une légitime émotion chez les habitants ou les habitués de ce quartier de Toulon. Le chancre, maladie qui frappe ces arbres, justifie peut-être d’en couper certains. Mais en refusant de communiquer les résultats de tests antérieurs et en ayant agi de son côté, sans concertation par exemple avec le comité d’intérêt local, Hubert Falco renoue avec sa politique municipale d’avant en matière d’environnement ou d’urbanisme.

Les pelleteuses vont à nouveau fonctionner à plein régime. Les maisons individuelles seront à nouveau massivement substituées par des immeubles partout, sans réflexion urbanistique ou cohérence architecturale. On continuera à couper des arbres et à dévégétaliser nos places et nos rues comme jamais !

Pour sa saison 4, la série réalité Falco avait comme slogan publicitaire « Toujours plus fort ensemble ». En attendant c’est la mobilisation des habitants du Mourillon qui a été plus forte : abattage massif vient d’être retardé et n’a pas débuté ce jour comme prévu. Se mobiliser bénéficie toujours aux gens de bonne volonté !

Il n’a jamais cessé de combattre : hommage à Lucien Gendrot

gendrot

Homme de caractère, Lucien Gendrot était notre président de l’Union nationale des combattants (UNC) du Var. Après une carrière dans l’armée, intégrée comme sous-officier pour terminer au grade de chef d’escadron, c’est vers le bénévolat et l’union des hommes d’armes que Lucien Gendrot a notamment placé son énergie. Il anima tant et tant de réunions et d’événements que nombre d’entres nous ont forcément un jour croisé sa route. Je dois dire que dans mon cas cela n’a pas été qu’une seule fois, pour notre plus grand plaisir !

Ses prises de parole allaient droit au but, strictes et justes ; il a donné jusqu’au bout de son temps pour notre pays, pour l’honneur et la solidarité des soldats. Jeunes comme moins jeunes auront certainement bénéficié, en l’ayant approché, d’un peu de sa détermination. Ce 13 mai 2020, en pleine possession de ses moyens, il s’est effondré et n’a pu être réanimé ; il venait de rejoindre les combattants déjà parti.

Aux siens, et en particulier à sa chère épouse, aux hommes et aux femmes de l’UNC du Var et d’ailleurs, nous présentons nos condoléances sincères et affectueuses.

Chiffres extravagant des aides régionales supposées : je saisis préfet de région et la Chambre régionale des comptes

2020.5.courrier.preferCommuniqué de presse d’Amaury Navarranne, conseiller régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur, membre du conseil national du Rassemblement National

Le conseil régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur et son président  Renaud Muselier communiquent outrancièrement depuis des semaines sur des aides « en réponse à la crise ». Un étrange montant de 1,4 milliard d’€uros a été annoncé, et s’affiche très régulièrement notamment dans des pages de publicité dans la presse quotidienne régionale, payées par la collectivité et signées du « Dr. Renaud Muselier ».

Début avril, au départ de nos contestations de ce chiffre, on nous promettait des explications. Malgré nos relances, rien n’est jamais venu. La communication, elle, continue allègrement aux frais du contribuable.

Afin de vérifier nos craintes sur l’affabulation des chiffres et sur ce qui ressemble plus à une opération de communication personnelle, je me vois dans l’obligation de saisir ce jour le préfet de région et le président de la Chambre régionale des comptes. Nous leur demandons d’étudier la sincérité de tout ce processus. Des courriers dans ce sens, en accusé réception, leur ont été envoyés ce jour.

(Pour rappel, ma tribune d’avril : https://amaurynavarranne.info/2020/04/04/plan-marshall-en-region-provence-alpes-cote-dazur-lesbroufe-le-coup-de-bluff/)

La stèle de l’Algérie française profanée à Toulon

2020.5.10.comm.algeriefrancaise

Communiqué de presse d’Amaury NAVARRANNE, conseiller régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur, conseiller municipal de Toulon, membre du conseil national du Rassemblement National

Ce dimanche 10 mai 2020, fête nationale de Jeanne d’Arc et du patriotisme, nous avons découvert la profanation de la stèle patriotique de la mémoire de l’Algérie française, symbole de tant de sacrifices et du martyre de nombre de nos concitoyens. Cet acte honteux doit être réparé dans les plus brefs délais. Nous demandons dès ce matin à la Mairie de Toulon de faire le nécessaire.

Cible de toutes les atteintes, détruite par un attentat peu de temps avant son inauguration en 1980, ce lieu emblématique doit être entretenu et protégé par la force publique. Quant aux petites crapules qui se sont livrées à cet acte, je leur propose de venir en face à face pour exprimer leur refus du « nationalisme ». Mais le courage n’est pas la vertu de certains… C’est donc devant la justice qu’ils auront rendez-vous, car nous saisissons aussi le procureur de la République pour qu’une enquête détermine qui sont les coupables et pour qu’ils soient condamnés.

Oui ! Les plages de Toulon doivent redevenir accessibles

2020.5.plages
Communiqué de presse d’Amaury Navarranne, conseiller régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur, conseiller municipal de Toulon, membre du conseil national du Rassemblement National
Le gouvernement vient de communiquer sa stratégie de déconfinement à partir du 11 mai. La réouverture des plages n’y est pas envisagée, sauf si le Maire le demande au préfet, en lui présentant une organisation capable de garantir la distanciation physique.
L’interdiction de la natation ou de la promenade sur les chemins piétonniers doit enfin cesser. A l’air libre, pour des activités saines, les risques sont bien moins importants que dans un hypermarché ! Un peu d’intelligence ne ferait pas de mal dans cette période…
Le Maire de Toulon doit donc se saisir de cette possibilité d’autorisation dès maintenant, et pour qu’elle soit effective dès le 11 mai, en espérant (mais ceci est un autre débat) que nos restaurateurs pourront aussi retrouver bien vite leur droit de rouvrir leurs établissements.

NON ! à la reprise des cours à l’école, OUI ! à un accueil spécifique municipal des enfants

2020.5.ecoles

Communiqué de presse d’Amaury Navarranne, conseiller régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur, conseiller municipal de Toulon, membre du conseil national du Rassemblement National

La possible reprise des cours à l’école, à compter du 11 mai prochain, s’avère dans les conditions sanitaires prescrites impossible ou tellement imprudente. J’ai souhaité m’en entretenir hier avec le Maire de Toulon, qui l’a refusé.

Il apparaît surréaliste de laisser croire que « la classe » pourrait reprendre le 11 mai. Certains élèves seraient autorisés à recevoir des cours à l’école, d’autres non. Les contacts entre élèves seraient interdits, ce qui semble intenable. Le gouvernement, qui jusqu’ici a tellement été défaillant dans la gestion de cette crise du « covid 19 », montre une nouvelle fois son incohérence.

Mais parce que ce confinement n’a que trop duré, que l’économie locale, que notre tissu de petites, moyennes ou grandes entreprises, doit retrouver une vitalité, et afin de permettre aux parents qui en ont l’obligation de reprendre leur activité professionnelle, nous voulons un accueil municipal spécifique des enfants dont les deux parents travaillent sans possibilité de télétravail ou de garde.

Cet équilibre, juste et cohérent, doit guider les choix du Maire de Toulon. Le personnel « enfance et jeunesse » de la ville, ainsi que des volontaires de l’Education nationale, peuvent assurer ce service public « de crise » dans nos écoles.