« Débat » sur les réfugiés à Briançon : le Parlement européen refuse le contradictoire ! 

comm.fb.briancon
Le bureau marseillais du Parlement européen organise un « débat citoyen » sur le thème « Réfugiés : comment protéger durablement » le lundi 18 juin à Briançon. La commune des Hautes-Alpes est en première ligne dans le franchissement illégal de notre frontière nationale par des milliers de clandestins depuis de nombreux mois.
Mais l’institution n’a convié parmi les intervenants que des élus ou associatifs tous favorables à la régularisation « de tous les migrants ». Étrange, ou plutôt grosse ficelle : un débat encadré qui ne prévoit pas d’alternative à l’immigration invasion. La traduction simultanée en italien sera, elle, d’un intérêt truculent : le nouveau gouvernement de la Péninsule, élu démocratiquement et très majoritairement, est lui clairement opposé à l’appel d’air migratoire…
N’ayant pas voix au chapitre dans cette réunion, le Rassemblement National, pourtant première délégation française en nombre d’élus au Parlement européen, rappelle que pour protéger, il faut d’abord contrôler. Ainsi nous voulons notamment :
– le rétablissement de contrôles à nos frontières nationales
– que les demandes d’asiles se fassent dans les ambassades ou consulats français dans les pays d’origine
– expulser immédiatement les déboutés du droit d’asile

Quand les migrants plantent… le bâton

Navarranne.bras.tlnCommuniqué de presse d’Amaury Navarranne, conseiller régional PACA et secrétaire départemental FN des Hautes-Alpes
En 2016, beaucoup de nos compatriotes ne partiront pas au ski. La morosité de l’économie et les incertitudes ne les y aideront pas. Pour les clandestins de Calais installés à Briançon fin 2015 dans l’attente de l’étude de leur dossier de régularisation, il n’en sera pas de même. Des cours de ski leurs sont donnés en ce moment à Serre-Chevalier. 
Pour ces gens entrés chez nous illégalement, nous savons pourtant maintenant que la plupart ne recevra pas de statut de réfugié, ne répondant pas aux critères pourtant simples. Il ne seront pas reconduits pour autant à la frontière, comme l’écrasante majorité des déboutés du droit d’asile. Redevenus délinquants puisque à nouveau immigrés illégaux, ils auront au moins appris à s’occuper l’hiver.
Pour le Front National, il s’agit d’une nouvelle illustration de la générosité que l’on a envers les autres plutôt qu’envers les nôtres.

Migrants de Briançon : guerre et mensonge

Navarranne.bras.tlnCommuniqué de presse d’Amaury Navarranne, secrétaire départemental FN 05, membre du comité central du FN

Les candidats socialistes Christophe Castaner et Christophie Pierrel sont allés hier soir « accueillir » les migrants venus en bus de Calais pour s’installer à Briançon dans les Hautes-Alpes.

Contrairement à ce qui était annoncé, ces gens entrés clandestinement sur notre territoire ne sont pas tous issus de pays « en guerre », puisque ce n’est pas le cas de l’Iran ou du Tchad. On en est plus à une approximation voir à un mensonge près de la part de nos gouvernants.

Le plus malheureux c’est que l’on ne pourra rien faire pour ces « migrants » ; ils travailleront peut-être illégalement et à vil prix, seront logés aux frais du contribuable. Certains auront peut-être droit à une régularisation. Dans le lot, un ou deux répondront peut-être au véritable statut de réfugié ; tous resteront quoiqu’il en soit en France, comme l’écrasante majorité des déboutés du droit d’asile. Quand les lois ne sont plus observées, on appelle cela l’anarchie.

Tous les pays d’Afrique et d’Asie de l’Ouest regorgent de gens malheureux, insatisfaits du pouvoir en place, pouvoir qui est souvent un peu « dur » ou « répressif ». C’est ce qui justifie pour MM Castaner, Pierrel et pour les autres, « l’accueil des migrants ». 1,5 milliards de personnes pourraient prétendre se réfugier chez nous… CQFD ! Et maintenant ils sont tous au courant.