📺 Oui, il y a une Europe à célébrer, et ce n’est pas l’Union européenne !

intervention vendredi 25 février séance séance du conseil régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur quant aux événements organisés à l’occasion de la présidence française de l’union européenne

 Augmentation du tarif des TER : un mauvais coup porté au pouvoir d’achat de nos concitoyens

Malgré nos alertes et notre opposition, la Commission permanente du Conseil régional vient de voter une augmentation des tarifs des TER. Celle-ci se traduira, sur deux ans, par une hausse de 2,82% des billets unitaires et de 4,57% sur les abonnements régionaux multimodaux.

Alors que l’essence, la nourriture ou l’énergie coûtent de plus en plus cher, alors que nos concitoyens ont toujours plus de mal à boucler leurs fins de mois, cette décision est un bien mauvais coup porté par Renaud Muselier au pouvoir d’achat des habitants de notre Région. Et ce contrairement à son programme, déjà oublié huit mois après l’élection…

Si l’exécutif régional a besoin de dégager des moyens supplémentaires, nous l’invitons à rogner sur les dépenses somptuaires et de communication. Pas à s’en prendre au pouvoir d’achat des Provençaux, des Alpins et des Azuréens. 

« Faux électeurs » à Toulon ? Nous saisissons le procureur de la République

Communiqué de presse d’Amaury NAVARRANNE, conseiller régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur, conseiller municipal et responsable RN de Toulon


À la suite d’une enquête du journal Mediapart en date du mercredi 22 décembre 2021, qui affirme que de « faux électeurs » ont été recensés sur les registres électoraux à Toulon lors des élections régionales et départementales de juin 2021, j’ai saisi cette semaine le procureur de la République au titre de l’article 40 du code de procédure pénale.


L’enquête en question présente que des électeurs qui ne se seraient pas présentés au bureau de vote affirmeraient avoir constaté que leur signature apparaît dans les registres électoraux pour ces élections. Le journaliste avance le chiffre de 72 signatures incohérentes au sein du bureau de vote numéro 37. L’un des « faux » électeurs présentait même quatre signatures différentes.


Ces affirmations font écho à une autre affaire datant de 2017 dans un autre bureau de vote de la ville. Une procédure judicaire est d’ailleurs déjà engagée sur celle-ci. 


Principe élémentaire de notre démocratie, la sincérité des scrutins ne doit pas se voir entachée de tels soupçons sans que tous les éléments utiles à la manifestation de la vérité soient établis.

Projet de Mayol à Pipady : une belle ambition mais encore des questions

Communiqué de presse d’Amaury Navarranne, conseiller régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur, conseiller municipal et responsable du Rassemblement National de Toulon

 Le Maire de Toulon et Président de la Métropole, Hubert Falco, vient de présenter la première phase du projet « Mayol à Pipady ». Ce premier volet ne traite en réalité que « du Port Marchand à Pipady », sur l’espace de l’arsenal du Mourillon en partie libéré par la Marine Nationale. Après la rocambolesque affaire bâclée du néfaste quai de croisière de 400m, heureusement abandonné, les annonces étaient attendues depuis longtemps.

 Nous nous félicitons de la mise en valeur de la vocation historiquement maritime du site, avec une ambition de développement hôtelier, de locaux professionnels, d’un Palais des Congrès et d’espaces verts. La transformation en lieu de restauration du Môle des torpilles sera une belle ouverture sur la mer, soulignant le lien entre la ville et sa Marine en reprenant le nom du sous-marin Casablanca à l’histoire particulière. Il en sera de même pour la « Halle Marine », l’ancien hangar des hydravions, à vocation culturelle et ludique nous présente-t-on.

 Des points importants méritent tout de même encore d’être précisés :

– quelle place pour le stationnement des voitures et des vélos (le projet de parking en silo doit être mieux explicité et localisé) dans une zone déjà saturée

– quelle stratégie d’implantation des entreprises, l’annonce de « co-working » et « co-living » se basant sur des concepts tout de même assez éphémères, afin de ne pas renouveler le cas de la zone de La Loubière (à ce jour un échec comblé seulement par les administrations et coptant encore tant de locaux vides depuis des années)

– quelle densité urbanistique (hauteur des niveaux bâtiments, situation géographique,…) pour s’assurer de ne pas recouper la ville de la mer, et quels matériaux de construction face au recours trop habituel au béton brut et à l’aspect chimiquement minéral des réalisations

– quel lien fort de connexion (pédestre en particulier) entre le quartier du Mourillon et cette nouvelle zone, à commencer par le boulevard Grignan « prolongé », pour assurer une continuité dans les déplacements

 Nous accueillons la première présentation avec bienveillance pour ce premier travail certain de réflexion concernant l’avenir du site. Il reste encore beaucoup à faire, et nous nous engageons à continuer à proposer.

Assez de cette soumission dépensière !

La proximité des élus LR-LREM avec la gauche la plus extrême ne s’affiche pas que lors de parodies électorales comme la dernière élection régionale. Une nouvelle fois la preuve l’est aussi par les choix politiques, et les subventions en particulier : Renaud Muselier, Christian ESTROSI et leur majorité régionale ont voté ce jeudi des centaines de milliers d’euros d’argent public pour des associations immigrationnistes.

« Renforcer l’accueil des migrants et des réfugiés », « Agir auprès des migrants » : voilà les diverses missions que propose l’association Unis Cité, qui devrait encore toucher 400.000€ cette année. L’association Eurocircle spécialisée dans la formation continue des professionnels travaillant avec les primo arrivants, migrants et réfugiés, ou encore la prétendue « lutte contre les discours de haine dans la société civile et en université » touchera 20.000€, comme sa voisine Hors-pistes, qui rajoute à la question des migrants celle « du genre », 20.000€ également.

Nous avons bien sûr alerté la majorité sur les buts et objets de ces associations lors des commissions préparatoires, sans succès : ces élus semblent assumer et accepter. Les élus du Rassemblement National ont donc été les seuls à s’opposer à ce gaspillage de l’argent du contribuable. Ce soutien à destination des idéologues favorables à l’immigration massive et clandestine est inacceptable. Notre ligne de conduite, de surcroît dans une période de crise sociale de forte intensité et de forte baisse répétée du pouvoir d’achat des Français, reste d’agir et de protéger les nôtres avant les autres !