S’entourer de militaires en uniforme ne fait pas de tout le monde un chef de guerre…

Sans titreTribune libre d’Amaury Navarranne, conseiller municipal de Toulon -Rassemblement National

La mise en scène était martiale : entouré de militaires haut gradés en uniforme, le « chef de guerre » Hubert Falco présentait hier à la presse son plan de distribution de masques tissus gratuits à la population. N’y cherchez pas les élus, encore moins ceux de l’opposition : rien ne devait filtrer de la stratégie « usine à gaz » du Maire de Toulon et président de la métropole. A partir de ce matin il était possible de se connecter au site de la ville ou de téléphoner au numéro dédié. Dans de nombreuses communes de la métropole, ou bien encore ailleurs en France, grandes ou petites avaient déjà réussi depuis des jours ces distributions.

30 minutes… Il aura suffi de 30 minutes pour mettre hors d’usage tout le plan du « chef de guerre ». Site inaccessible, numéro de téléphone saturé. Pour les plus chanceux les rendez-vous de réception pouvaient être fixés par exemple au 18 Mai, dans le créneau horaire de 8H15 à 8H29 précisément…

« Victime de son succès » : les communicants de la ville de Toulon expliquaient que l’affluence (inattendue pour eux, donc) ne pouvait être traitée. En lançant son opération « masques gratuits » à 6 jours d’un déconfinement tant attendu et dont on ne sait plus très bien si le masque sera ensuite obligatoire ou non, Hubert Falco et ses « communicants » n’avaient pas anticipé que 171.000 toulonnais ça faisait du monde…

Et dans la stratégie militaire d’Hubert Falco, il manquait aussi l’attention envers nos aînés. Ainsi donc, les plus débrouillards des trentenaires seront servi avant les septuagénaires. La liste des électeurs de la commune (avec leur date de naissance) aurait par exemple pu être utile pour organiser en amont un service prioritaire des populations les plus à risques ; mais n’en demandez pas trop…

L’armée assurera sa mission de ramener et stocker les masques demain. Mais l’expérience de ce matin, « côté civil », laisse entrevoir une suite des inscriptions et de la distribution folle. Je vous donne alors un bon conseil : ne comptez d’abord que sur vous-même dans cette crise, pour assurer vos arrières et vous coudre ou vous trouver un masque. Puis allez aussi chercher votre masque « municipal » et celui des vôtres si vous avez du temps : ce sont juste vos impôts qui les payent. Et retenez la leçon : s’entourer de militaires en uniforme ne fera pas de tout le monde un chef de guerre.

NON ! à la reprise des cours à l’école, OUI ! à un accueil spécifique municipal des enfants

2020.5.ecoles

Communiqué de presse d’Amaury Navarranne, conseiller régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur, conseiller municipal de Toulon, membre du conseil national du Rassemblement National

La possible reprise des cours à l’école, à compter du 11 mai prochain, s’avère dans les conditions sanitaires prescrites impossible ou tellement imprudente. J’ai souhaité m’en entretenir hier avec le Maire de Toulon, qui l’a refusé.

Il apparaît surréaliste de laisser croire que « la classe » pourrait reprendre le 11 mai. Certains élèves seraient autorisés à recevoir des cours à l’école, d’autres non. Les contacts entre élèves seraient interdits, ce qui semble intenable. Le gouvernement, qui jusqu’ici a tellement été défaillant dans la gestion de cette crise du « covid 19 », montre une nouvelle fois son incohérence.

Mais parce que ce confinement n’a que trop duré, que l’économie locale, que notre tissu de petites, moyennes ou grandes entreprises, doit retrouver une vitalité, et afin de permettre aux parents qui en ont l’obligation de reprendre leur activité professionnelle, nous voulons un accueil municipal spécifique des enfants dont les deux parents travaillent sans possibilité de télétravail ou de garde.

Cet équilibre, juste et cohérent, doit guider les choix du Maire de Toulon. Le personnel « enfance et jeunesse » de la ville, ainsi que des volontaires de l’Education nationale, peuvent assurer ce service public « de crise » dans nos écoles.

Décès de l’écrivain populaire Georges J. Arnaud dans le Var : un extraordinaire forçat de l’écriture s’en est allé

2020.GJA

Tribune libre d’Amaury Navarranne, conseiller régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur, conseiller municipal de Toulon, membre du conseil national du Rassemblement National.

L’écrivain populaire Georges J. Arnaud est décédé dans une indifférence quasi générale la semaine dernière à La Londe-les-Maures, dans cette terre du littoral varois où il vivait à des années lumières des prix littéraires et des cocktails mondains. Une occasion de le découvrir, faire découvrir ou redécouvrir.

Espionnage, policier, fantastique, aventure, science-fiction, …, ce forçat de l’écriture touchait à tout… Sous 15 noms de plume il a écrit plus de 400 romans (oui vous lisez bien : 400 !), notamment au Fleuve Noir, qui ont permis à des générations de lecteurs de  rêver et de s’évader. Chez Fayard, avec « Crâne d’Argent », l’énigmatique forçat, il avait amorcé une série de six épisodes sur l’histoire d’une famille toulonnaise de 1775 à aujourd’hui. Plus de vingt de ses romans ont été adaptés au cinéma ou à la télévision.

Pourtant, de Charles Berling, directeur du très subventionné Théâtre Liberté et colistier de Hubert Falco, maire de Toulon, aux innombrables responsables de la culture au conseil départemental ou de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, la disparition de Georges J. Arnaud n’a guère ému les « élites » culturelles du « sud », gavées d’argent public. Connaissaient-ils seulement son existence ?

Georges J.Arnaud avait sans doute le tort d’écrire avec talent pour des lecteurs qui ne se prenaient pas au sérieux. Que la terre lui soit légère là où il repose.

Oui ! le vélo est autorisé pour tout déplacement à Toulon comme ailleurs !

comm.velo

communiqué de presse d’Amaury Navarranne, conseiller régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur, conseiller municipal de Toulon, membre du conseil national du Rassemblement National

Le sujet n’en aurait pas été un localement si le Maire de Toulon avait accepté l’interpellation publique que je lui adressais le 28 avril dernier. Mais en me répondant que ce sujet était « dérisoire », qu’il était surtout occupé « à sauver des vies » (sic!), s’étonnant même que « j’ignore la loi » (alors même que je précisais qu’il suffisait de lire cette dernière, par exemple l’article 3 du décret « covid19 » encadrant les déplacements), Hubert Falco a montré une nouvelle limite dans son écoute de l’opposition.

Le Conseil d’Etat vient pourtant de le rappeler : la pratique du vélo est parfaitement autorisée dans le cadre de la sortie sportive, dans la limite d’une heure et d’un kilomètre autour de chez soi, comme pour n’importe quel autre motif de l’attestation de déplacement.

Le gouvernement a modifié son interprétation fausse de sa propre loi, suite à l’injonction de l’autorité administrative. Je demande donc avec insistance que le Maire de Toulon fasse de même sur tous les moyens de communication où il a été abusivement prétendu d’interdire le vélo. La Police municipale doit aussi recevoir cette information. Si tel n’était pas le cas faudra-t-il en aller jusqu’en justice pour que le bon sens l’emporte enfin ?

Masques : si l’on communique, il faut communiquer utilement !

Ce matin, je demande au Maire de Toulon de bien vouloir adopter une communication enfin claire sur les masques annoncés. Une page totalement inutile sur le site de la ville et un site dédié pour lequel on indique l’adresse mais qui est inexistant, ne servent à rien. Soit on ne publie rien, soit on publie un message utile. Et ça fait 4 jours que c’est ainsi… Espérons que notre action permettra à nouveau un peu de clarté !

masques.site.ville

masques.site.spe

Lettre ouverte : le vélo interdit à Toulon ?!

2020.4.26.velo.mairie.2

Monsieur le Maire,

Quelle a été ma surprise de découvrir sur la page Facebook de la ville de Toulon (lien suivant https://www.facebook.com/villedetoulon/photos/a.255154088698/10158400457243699) que l’on prétendait interdire la pratique du vélo dans le cadre de l’activité sportive ou de bien-être pendant cette période de confinement !

Alors que les Toulonnais subissent une situation inédite, dont la responsabilité et la durée sont dues au manque total de préparation et de vérité du gouvernement, il semble que les amateurs de vélo subissent la double peine. A ma connaissance, en aucun cas une quelconque directive ne peut prétendre interdire la pratique du vélo dans le cadre des mentions de l’attestation de déplacement, et ce pour tout motif. Ainsi donc chacun est libre d’aller faire ses courses, d’assister un proche, ou de prendre l’air avec son deux roues…

A moins que vous disposiez d’autres éléments, je vous prie, Monsieur le Maire, de bien vouloir faire retirer ces interdictions de toute communication de la ville. J’espère en outre que cette règle liberticide n’a pas été communiquée à nos agents de la Police municipale pour faire procéder à des verbalisations. Ils ont, vous en conviendrez, autre chose à faire que la chasse aux cyclistes.

En vous souhaitant bonne réception de cette demande, je vous prie de recevoir, Monsieur le Maire, l’expression de mes sentiments distingués.

Amaury NAVARRANNE, conseiller régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur, conseiller municipal de Toulon, membre du conseil national du Rassemblement National

Numérique pour les enfants en période de confinement : attention, danger !

numerique.jeunesseCe matin, je saisis le Maire de Toulon au sujet de nos plus jeunes :
Les médiathèques de la ville de Toulon proposent un service « en ligne » pour la consultation « numérique » d’ouvrages. Je pense à nos enfants, pour lesquels l’utilisation excessive des écrans, et du numérique en particulier, constituent un risque comme de nombreux spécialistes le lancent en alerte, étant hélas souvent peu entendus. Il s’agit là pourtant d’un enjeu majeur de santé publique. 
Le confinement des plus jeunes durera encore au moins trois semaines, même si un retour de certains à l’école devrait être engagé à partir du 12 mai. Ne peut-on pas organiser sur le portail numérique de nos médiathèques une réservation d’ouvrages papier. Ceux-ci pourraient alors être portés au domicile des abonnés par les services de la ville ou de la Métropole (de très nombreux volontaires au sein du personnel sont prêts à aider), ou bien encore récupérés par les parents lors de leurs trajets pour les courses.

Le masque jaune : mieux se protéger du virus ET du gouvernement !

 

Merci à cette maman qui nous a offert ce premier masque jaune : une petite entaille dans votre gilet jaune, l’intérieur du masque doublé en tissus conseillé AFNOR, deux élastiques et vous voilà avec une bonne protection contre le virus mais aussi contre les mensonges du gouvernement 😉

Lettre ouverte « Des masques pour tous »

2020.4.15.appel
Toulon, le 15 avril 2020
.
Lettre ouverte au Maire de Toulon – appel à projet « Toulon, des masques pour tous »
.
Monsieur le Maire,
.
Vous n’aviez pas souhaité donner suite à notre demande de conférence locale des représentants de l’opposition municipale, mais m’avez assuré être à notre disposition et à l’écoute si nous le souhaitions. Dans cet esprit, je prends la liberté de vous écrire à nouveau une lettre ouverte, afin de vous suggérer de préparer ensemble le déconfinement vital pour notre tissu économique local, comme pour le moral et l’équilibre de tous les habitants de Toulon et de sa métropole.
.
Nous avons partagé votre analyse sur le fait que le Maire n’a pas à ordonner le port obligatoire du masque et à se substituer aux carences de l’Etat pour imposer ce qu’il ne peut garantir. Mais nous ne partageons pas, vous le savez, votre position de vous en remettre sans cesse au gouvernement pour les décisions à prendre sur tous les sujets ou toutes les initiatives.
.
Sur cette question des masques, car il est évident que l’Etat n’a su ni anticiper leur nécessité, ni corriger les manques, ni accompagner les initiatives, il nous appartient ici de lancer une grande opération « Des masques pour tous » afin de coordonner les bonnes volontés individuelles ou artisanales. Toulon est un poumon entrepreneurial, il suffit d’y aider ! Des couturières professionnelles ou amatrices sont en capacité de produire un masque en 10 minutes, si les matières premières sont disponibles. 2000 couturières pourraient réaliser en une semaine 170.000 masques « grand public » (d’une « durée de vie » de 30 jours), 1000 couturières le feraient en deux semaines, 500 couturières en trois… Bref, il est évident que pour le 11 mai nous pourrions, en produisant ici, et en actionnant la solidarité, assurer à chaque Toulonnais la mise à disposition d’un masque. Un fond spécifique serait lancé pour assurer cet exercice, que l’on pourrait à minima fixer à 0,2% du budget communal, soit 614.000€, 3,50€ le masque…
.
Nous avons, si vous le souhaitez, les contacts avec des dizaines (déjà !) de volontaires. Une communication de la ville accentuerait certainement grandement ce nombre. Nous disposons aussi des relais pour la fourniture de matière première. Ne tardons plus pour lancer ce grand plan !
.
Restant à votre disposition, nous vous prions de recevoir, Monsieur le Maire, nos salutations respectueuses.
.
Amaury NAVARRANNE
conseiller régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur
conseiller municipal et responsable du Rassemblement National de Toulon