Toulon, réouverture des bars et des restaurants : le stationnement doit rester gratuit entre midi et 14h, des arceaux installés pour les vélos

Communiqué de presse d’Amaury Navarranne, conseiller régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur, conseiller municipal de Toulon et membre du conseil national du Rassemblement National

La réouverture des bars et des restaurants s’accompagne à Toulon de la reprise du stationnement payant en surface. La sage décision de le rendre gratuit pendant le confinement ne pouvait durer, même si une mesure dérogatoire est maintenue pour le samedi, jusqu’au 1er septembre. Si la gratuité permanente ne s’accompagnerait que du stationnement de trop nombreux véhicules ventouses, il apparaît évident qu’un coup de pouce à nos restaurateurs justifie un point de notre programme des dernières élections municipales : le passage du créneau 12h-14h en non-payant.

Après cette période délicate qui n’en est qu’à son début quant à ses conséquences économiques, nos commerçants ont besoin d’un sérieux coup de pouce pour la relance, et cela passe par cette mesure favorisant la fréquentation notamment de nos restaurants en ville et dans tous les quartiers. Elle n’est pas la seule : la disposition d’arceaux parking vélo doit aussi favoriser les déplacements doux ; il faut en équiper nos rues.

Le Rassemblement National de Toulon demande donc au Maire de la ville, Hubert Falco, de prendre ces dispositions qui, pesant à la marge sur les finances équilibrées de la ville, constituera un soutien fort à nos établissements et nos entrepreneurs.

Oui ! le vélo est autorisé pour tout déplacement à Toulon comme ailleurs !

comm.velo

communiqué de presse d’Amaury Navarranne, conseiller régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur, conseiller municipal de Toulon, membre du conseil national du Rassemblement National

Le sujet n’en aurait pas été un localement si le Maire de Toulon avait accepté l’interpellation publique que je lui adressais le 28 avril dernier. Mais en me répondant que ce sujet était « dérisoire », qu’il était surtout occupé « à sauver des vies » (sic!), s’étonnant même que « j’ignore la loi » (alors même que je précisais qu’il suffisait de lire cette dernière, par exemple l’article 3 du décret « covid19 » encadrant les déplacements), Hubert Falco a montré une nouvelle limite dans son écoute de l’opposition.

Le Conseil d’Etat vient pourtant de le rappeler : la pratique du vélo est parfaitement autorisée dans le cadre de la sortie sportive, dans la limite d’une heure et d’un kilomètre autour de chez soi, comme pour n’importe quel autre motif de l’attestation de déplacement.

Le gouvernement a modifié son interprétation fausse de sa propre loi, suite à l’injonction de l’autorité administrative. Je demande donc avec insistance que le Maire de Toulon fasse de même sur tous les moyens de communication où il a été abusivement prétendu d’interdire le vélo. La Police municipale doit aussi recevoir cette information. Si tel n’était pas le cas faudra-t-il en aller jusqu’en justice pour que le bon sens l’emporte enfin ?

Lettre ouverte : le vélo interdit à Toulon ?!

2020.4.26.velo.mairie.2

Monsieur le Maire,

Quelle a été ma surprise de découvrir sur la page Facebook de la ville de Toulon (lien suivant https://www.facebook.com/villedetoulon/photos/a.255154088698/10158400457243699) que l’on prétendait interdire la pratique du vélo dans le cadre de l’activité sportive ou de bien-être pendant cette période de confinement !

Alors que les Toulonnais subissent une situation inédite, dont la responsabilité et la durée sont dues au manque total de préparation et de vérité du gouvernement, il semble que les amateurs de vélo subissent la double peine. A ma connaissance, en aucun cas une quelconque directive ne peut prétendre interdire la pratique du vélo dans le cadre des mentions de l’attestation de déplacement, et ce pour tout motif. Ainsi donc chacun est libre d’aller faire ses courses, d’assister un proche, ou de prendre l’air avec son deux roues…

A moins que vous disposiez d’autres éléments, je vous prie, Monsieur le Maire, de bien vouloir faire retirer ces interdictions de toute communication de la ville. J’espère en outre que cette règle liberticide n’a pas été communiquée à nos agents de la Police municipale pour faire procéder à des verbalisations. Ils ont, vous en conviendrez, autre chose à faire que la chasse aux cyclistes.

En vous souhaitant bonne réception de cette demande, je vous prie de recevoir, Monsieur le Maire, l’expression de mes sentiments distingués.

Amaury NAVARRANNE, conseiller régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur, conseiller municipal de Toulon, membre du conseil national du Rassemblement National