NON ! à la reprise des cours à l’école, OUI ! à un accueil spécifique municipal des enfants

2020.5.ecoles

Communiqué de presse d’Amaury Navarranne, conseiller régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur, conseiller municipal de Toulon, membre du conseil national du Rassemblement National

La possible reprise des cours à l’école, à compter du 11 mai prochain, s’avère dans les conditions sanitaires prescrites impossible ou tellement imprudente. J’ai souhaité m’en entretenir hier avec le Maire de Toulon, qui l’a refusé.

Il apparaît surréaliste de laisser croire que « la classe » pourrait reprendre le 11 mai. Certains élèves seraient autorisés à recevoir des cours à l’école, d’autres non. Les contacts entre élèves seraient interdits, ce qui semble intenable. Le gouvernement, qui jusqu’ici a tellement été défaillant dans la gestion de cette crise du « covid 19 », montre une nouvelle fois son incohérence.

Mais parce que ce confinement n’a que trop duré, que l’économie locale, que notre tissu de petites, moyennes ou grandes entreprises, doit retrouver une vitalité, et afin de permettre aux parents qui en ont l’obligation de reprendre leur activité professionnelle, nous voulons un accueil municipal spécifique des enfants dont les deux parents travaillent sans possibilité de télétravail ou de garde.

Cet équilibre, juste et cohérent, doit guider les choix du Maire de Toulon. Le personnel « enfance et jeunesse » de la ville, ainsi que des volontaires de l’Education nationale, peuvent assurer ce service public « de crise » dans nos écoles.

Masques : si l’on communique, il faut communiquer utilement !

Ce matin, je demande au Maire de Toulon de bien vouloir adopter une communication enfin claire sur les masques annoncés. Une page totalement inutile sur le site de la ville et un site dédié pour lequel on indique l’adresse mais qui est inexistant, ne servent à rien. Soit on ne publie rien, soit on publie un message utile. Et ça fait 4 jours que c’est ainsi… Espérons que notre action permettra à nouveau un peu de clarté !

masques.site.ville

masques.site.spe

Lettre ouverte : le vélo interdit à Toulon ?!

2020.4.26.velo.mairie.2

Monsieur le Maire,

Quelle a été ma surprise de découvrir sur la page Facebook de la ville de Toulon (lien suivant https://www.facebook.com/villedetoulon/photos/a.255154088698/10158400457243699) que l’on prétendait interdire la pratique du vélo dans le cadre de l’activité sportive ou de bien-être pendant cette période de confinement !

Alors que les Toulonnais subissent une situation inédite, dont la responsabilité et la durée sont dues au manque total de préparation et de vérité du gouvernement, il semble que les amateurs de vélo subissent la double peine. A ma connaissance, en aucun cas une quelconque directive ne peut prétendre interdire la pratique du vélo dans le cadre des mentions de l’attestation de déplacement, et ce pour tout motif. Ainsi donc chacun est libre d’aller faire ses courses, d’assister un proche, ou de prendre l’air avec son deux roues…

A moins que vous disposiez d’autres éléments, je vous prie, Monsieur le Maire, de bien vouloir faire retirer ces interdictions de toute communication de la ville. J’espère en outre que cette règle liberticide n’a pas été communiquée à nos agents de la Police municipale pour faire procéder à des verbalisations. Ils ont, vous en conviendrez, autre chose à faire que la chasse aux cyclistes.

En vous souhaitant bonne réception de cette demande, je vous prie de recevoir, Monsieur le Maire, l’expression de mes sentiments distingués.

Amaury NAVARRANNE, conseiller régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur, conseiller municipal de Toulon, membre du conseil national du Rassemblement National

Le masque jaune : mieux se protéger du virus ET du gouvernement !

 

Merci à cette maman qui nous a offert ce premier masque jaune : une petite entaille dans votre gilet jaune, l’intérieur du masque doublé en tissus conseillé AFNOR, deux élastiques et vous voilà avec une bonne protection contre le virus mais aussi contre les mensonges du gouvernement 😉

Lettre ouverte « Des masques pour tous »

2020.4.15.appel
Toulon, le 15 avril 2020
.
Lettre ouverte au Maire de Toulon – appel à projet « Toulon, des masques pour tous »
.
Monsieur le Maire,
.
Vous n’aviez pas souhaité donner suite à notre demande de conférence locale des représentants de l’opposition municipale, mais m’avez assuré être à notre disposition et à l’écoute si nous le souhaitions. Dans cet esprit, je prends la liberté de vous écrire à nouveau une lettre ouverte, afin de vous suggérer de préparer ensemble le déconfinement vital pour notre tissu économique local, comme pour le moral et l’équilibre de tous les habitants de Toulon et de sa métropole.
.
Nous avons partagé votre analyse sur le fait que le Maire n’a pas à ordonner le port obligatoire du masque et à se substituer aux carences de l’Etat pour imposer ce qu’il ne peut garantir. Mais nous ne partageons pas, vous le savez, votre position de vous en remettre sans cesse au gouvernement pour les décisions à prendre sur tous les sujets ou toutes les initiatives.
.
Sur cette question des masques, car il est évident que l’Etat n’a su ni anticiper leur nécessité, ni corriger les manques, ni accompagner les initiatives, il nous appartient ici de lancer une grande opération « Des masques pour tous » afin de coordonner les bonnes volontés individuelles ou artisanales. Toulon est un poumon entrepreneurial, il suffit d’y aider ! Des couturières professionnelles ou amatrices sont en capacité de produire un masque en 10 minutes, si les matières premières sont disponibles. 2000 couturières pourraient réaliser en une semaine 170.000 masques « grand public » (d’une « durée de vie » de 30 jours), 1000 couturières le feraient en deux semaines, 500 couturières en trois… Bref, il est évident que pour le 11 mai nous pourrions, en produisant ici, et en actionnant la solidarité, assurer à chaque Toulonnais la mise à disposition d’un masque. Un fond spécifique serait lancé pour assurer cet exercice, que l’on pourrait à minima fixer à 0,2% du budget communal, soit 614.000€, 3,50€ le masque…
.
Nous avons, si vous le souhaitez, les contacts avec des dizaines (déjà !) de volontaires. Une communication de la ville accentuerait certainement grandement ce nombre. Nous disposons aussi des relais pour la fourniture de matière première. Ne tardons plus pour lancer ce grand plan !
.
Restant à votre disposition, nous vous prions de recevoir, Monsieur le Maire, nos salutations respectueuses.
.
Amaury NAVARRANNE
conseiller régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur
conseiller municipal et responsable du Rassemblement National de Toulon

Pour la création d’une conférence locale en période de crise sanitaire

Sans titreLettre ouverte à Hubert Falco, maire de Toulon

Toulon, le 8 avril 2020

Monsieur le Maire,

A plusieurs reprises nous avons échangé sur la situation locale dans cette période de confinement et de crise sanitaire. Parfois nous avons souhaité vous voir prendre des décisions que vous refusiez d’acter, parfois nous saluions vos initiatives ou prises de position. Nous vous avons aussi proposé de participer concrètement à l’effort des volontaires du personnel municipal pour maintenir le lien avec les plus faibles ou les populations les plus à risque.

Ces échanges ont parfois été vifs, mais dans cette période, vous le savez, notre guide commun reste celui de l’efficacité au service de nos administrés.

Afin de favoriser nos échanges et de faire les points d’étapes nécessaires, nous sollicitons la création d’un rendez-vous hebdomadaire en Mairie ou par visioconférence entre le Maire et les principaux représentants de l’opposition municipale. Cette conférence locale permettra à la fois de fluidifier les informations, d’échanger sur les bonnes pratiques, et de faire un point sur les décisions prises.

En absence de possibilité de tenir de séance du conseil municipal pour une durée encore indéterminée, il est primordial de continuer à faire vivre la démocratie locale. Nous comptons donc sur le bon accueil que vous ferez à cette demande.

Dans l’attente de votre réponse, nous vous prions de recevoir nos salutations distinguées.

Amaury Navarranne, conseiller régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur, conseiller municipal de Toulon, membre du conseil national du Rassemblement National

« Plan Marshall » en région Provence-Alpes-Côte d’Azur : l’esbroufe, le coup de bluff !

Tribune libre d’Amaury Navarranne, conseiller régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur, membre du conseil national du Rassemblement National – samedi 4 avril 2020

images

Pendant qu’il accuse les américains de « piquer » les commandes de masques de certaines régions sur les tarmacs des aéroports, Renaud Muselier, président de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, annonce un « Plan Marshall » d’1,4 milliards d’€uros pour notre collectivité, afin de répondre aux effets de la crise sanitaire et économique du Coronavirus covid-19.

Pour rappel, le « Plan Marshall » fut ce programme américain de prêts accordés aux différents États européens pour aider à la reconstruction des villes et des installations bombardées par les mêmes américains lors de la Seconde Guerre mondiale. Ces prêts étaient assortis de la condition d’importer pour un montant équivalent d’équipements et de produits américains.

Au-delà de la référence étrange et des impacts que ce plan a eu quant à la domination ou l’influence des Etats-Unis d’Amérique sur notre continent, il convient de se poser la question : 1,4 milliards d’€uros mis sur la table par la région Provence-Alpes-Côte d’Azur pour répondre à la crise sanitaire et économique actuelle, est-ce possible ?

Oui, techniquement. Peu probable en fait dans la réalité. En pratique, et en regardant d’un peu plus près ce qui est annoncé sur le site même de la collectivité (https://www.maregionsud.fr/actualites/detail/14-md-eur-pour-le-plan-durgence-de-solidarite-et-de-relance-de-la-region-sud), les chiffres sont parlants.

En matière de dépense publique, il est utile de rappeler préalablement que tout est retracé dans des budgets ou des comptes de gestion annuels, fléché par postes et lignes comptables. Chaque année, la région se base sur un budget de 2,1 milliards d’€uros, composé de dépenses de fonctionnement et d’investissement, elles-mêmes compensées par des recettes de même ordre.

Cela étant posé, il convient de se demander si « dépenses nouvelles » de ce « Plan Marshall » il y a, quelles seraient les « recettes nouvelles » liées à ce plan. La réponse ne nous a pas encore été apportée par l’exécutif régional.

Puis on regarde les annonces. Achats de trains, de cars, le contrat de performance SNCF réseau : les 762 millions d’€ correspondent à ce qui était déjà programmé en matière de transport régional ; d’ailleurs, qui peut croire qu’il aurait fallu attendre une telle crise pour avoir l’ambition de renouveler le matériel ? La gratuité des transports pour le personnel de santé a, elle, déjà été actée et prise en charge par la SNCF à l’échelle nationale. Les 21 millions d’€ du plan de soutien pour les transporteurs de voyageurs et de scolaires ne sont pas une dépense mais une économie de 23% (et non 33% comme écrit par erreur dans une première version – NDLR) sur le montant prévu et budgété initialement pour un service plein à destination des structures effectuant les trajets pour le compte de la région qui en a la compétence. Les 5 millions d’€ de subventions aux clubs sportifs et les 30 millions d’€ de subventions dans le domaine de la culture étaient déjà programmés au budget primitif 2020. Les 50 millions aux lycées correspondent à la somme déjà investie pour les achats de tablettes et les améliorations des équipements et des infrastructures dans nos établissements. Les 100 millions pour l’autoroute du quotidien correspondent aux engagements passés. Les Fonds régional d’aménagement du territoire (FRAT) prévus et budgétés, sont juste rebaptisés « FRAT COVID » ; les 100 millions d’€uros « historiques » pour « la recherche et les conditions de travail des soignants » correspondent au plan récurent de développement des maisons régionales de santé, au SAMU régional déjà voté,…

On le voit bien, ce « Plan Marshall » n’est qu’un slogan outrancier et grossièrement trompeur à 90% au moins des sommes annoncées. Il cache du coup surtout les actions réellement spécifiques de la région dans cette crise : la moyenne de 571€ pour les étudiants en santé mobilisé (8 millions d’€), l’aide de 2 millions d’€ pour le rapatriement de nos étudiants à l’étranger, notre participation à hauteur de 18 millions d’€uros pour le plan de solidarité national d’aide aux très petites entreprises et aux indépendants (jusqu’à 1.500€ d’aide) porté par l’Etat, les mesures administratives simplifiant certaines démarches. Quelques autres actions louables complètent ce dispositif. Se restreindre à ne parler que de cela était peut-être moins grandiose, mais plus juste.

Sur les rives de la Méditerranée, on devrait se rappeler ce dicton du célèbre marin Éric Tabarly : « Naviguer est une activité qui ne convient pas aux imposteurs. Dans bien des professions, on peut faire illusion et bluffer en toute impunité. En bateau, on sait ou on ne sait pas ». Renaud Muselier tient la barre de notre collectivité ; il nous serait bon qu’il évite de bluffer. Cela nous éviterait de passer encore pour des gens du Sud jamais très sérieux…

Toulonn’Aide, volontaires au service des autres !

2020.logo.toulonnaideNous sommes heureux de participer au lancement du collectif Toulonn’Aide, plateforme de soutien opérationnel d’un volontariat local, avec des relais dans chaque quartier de la ville, en support des initiatives particulières ou de celles de comités d’intérêts locaux, et favorisant les relations entre entreprises et particuliers ou entre volontaires et personnes en besoin.
 
Le site http://www.toulonnaide.fr propose un formulaire de contact qui permet à chacun de se signaler dans les domaines où il a des besoins ou des offres de service. Une équipe de volontaires regroupe ces besoins et ces offres pour y répondre au mieux. Cette équipe est aussi la cheville ouvrière des premières visites ou livraisons de courses à domicile
 
Enfin une présence sur les réseaux sociaux permet de communiquer sur les entreprises qui pratiquent la livraison à domicile ou sur nos activités.